Depuis début juillet, qui dans l’Église honore particulièrement le Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Belgique et le monde “tradi” en général bruit d’un nouveau Miracle Eucharistique après ceux du Curé Schoonbroodt qui, en 1971 — juste après son installation comme curé dans sa paroisse de Steffeshausen —, fut « favorisé » d’un double miracle eucharistique.

 

Monsieur le Curé Paul Schoonbroodt (†) qui fut un véritable combattant de la Foi de l’ancienne Principauté de Liège — excommunié, en 1988, par le pseudo-évêque de Liège, Mr. Albert Houssiau, dans la foulée des sacres de quatre évêques par Mgr Lefebvre — a mené le bon combat avec Virgo-Maria du 22 février 2008 à sa mort et fait l’objet de deux plaintes auprès du Procureur du Roi de Belgique pour ‘calomnie’ et ‘diffamation’ par Mgr Fellay et l’Abbé Franz Schmidberger.

 

Il a aussi validé tous les travaux du CIRS (Comité international Rore Sanctifica) en dirigeant les publications sur son site RORE SANCTIFICA du 2 février 2006 à sa mort.

(…) C’est une approbation du Ciel [ces deux miracles eucharistiques] pour tout ce que vous faites…

(Extrait de la vidéo de M. le Curé Schoonbroodt ; déclaration de son confesseur)

 

 


 

 

Miracle à Alost ? Une hostie vieille de 200 ans s’est mise à saigner…

Une hostie vieille de 200 ans s'est mise à saignerÀ Alost (Aalst en flamand, petite ville près de Bruxelles et non loin de Dendermonde) une hostie dans un support d’étain s’est mise « spontanément » à saigner. Un événement spécial pour le prêtre qui tient le reliquaire, et la communauté religieuse catholique non una cum  qu’il dirige. Mais parler d’un miracle pour les ‘autorités’, il est encore tôt… du côté du diocèse de Gand, on est pas convaincu… En plus, ce n’est pas si simple de décréter qu’un miracle s’est produit disent-ils. « Il faut passer par un long processus dans une commission indépendante. » — La Secte marrane Conciliaire est beaucoup plus prompte à “béatifier” ses séides sans attendre pour consoler ses bisounours, comme dans l’assassinat rituel du Père Hamel…

Par ailleurs pour les athées, le phénomène peut être expliqué par une bactérie ou d’un champignon, comme l’a déclaré le professeur Liesbeth Jacxsens (ministère de la Sécurité et qualité des aliments, Université de Gand)…

« Le 7 Juillet, à six heures moins le quart du soir, à Alost une hostie commence spontanément à se colorer couleur rouge sang. Le phénomène a eu lieu dans la maison du Père Éric Jacqmin, en présence de plusieurs témoins ».

 

Une hostie en saignement dans le christianisme a une grande valeur symbolique, car elle se réfère à la souffrance du Christ. Dans ce cas, selon le feuillet spécial composé pour la circonstance (et détaillé ci-dessous) : le prêtre avait l’objet en sa possession depuis neuf mois (la durée de la grossesse) , le phénomène a eu lieu le jour de son anniversaire dans le mois du Très Précieux Sang. Sept témoins ont vu le changement lors d’une Messe pour une soirée de fête/anniversaire dans la maison de l’abbé Jacqmin. Il est certain qu’il est un aspect très particulier :

« Il est impossible d’ouvrir l’ostensoir dans lequel est l’hostie. Le sabotage est donc exclu. »

 

Source Net Het Nieuwsblad : http://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20160824_02437216

 

« Une hostie qui se met à saigner ? Je n’y crois pas » explique Wim Betz du SKEPP, une association qui fait une évaluation critique des événements paranormaux, dans le journal Het Laatste Nieuws. « Si on analyse le sang au laboratoire, on va probablement découvrir qu’il s’agit de moisissure. Il y a aussi la possibilité qu’il s’agisse d’un prêtre qui a triché. Alors ce sera du sang de poulet ou de cochon », explique l’athée incrédule et ignare…

L’hostie sera quand même examinée par le département de la sécurité alimentaire de l’université de Gand mais le professeur Liesbeth Jacxsens ne croit pas trop à la thèse du miracle. « Les environnements très secs voient très peu de bactéries, de levures et de champignons qui poussent » mais « si les facteurs environnementaux présents changent, les champignons latents ou absents apparaissent » précise-t-il… Hommes de peu de foi !! [pour ne pas dire pas de Foi du tout…]

 


 

L’abbé Éric Jacqmin explique le phénomène :

« Une hostie est un morceau de corps du Christ. Quelle chance existe-t-il pour qu’elle se colore d’un rouge sang ? Cet événement dépasse toutes les lois de la nature ! Pour moi, il s’agit simplement d’un miracle » s’est exprimé M. l’abbé Jacqmin.

Le prêtre rappelle que le mois de juillet, le septième de l’année, est le mois du Saint-Sang chez les chrétiens. « J’ajoute que cet objet est en ma possession depuis neufs mois » constate l’homme d’église. « C’est le temps qu’il a fallu à Marie pour mettre Jésus au monde. De plus, il y a sept témoins qui ont observé le phénomène durant mon absence. »
Loading the player…

 


 

HOSTIE SANGLANTE À ALOST

(7 juillet 2016 – 17H45)

L’hostie enfermée dans un ostensoir en étain

Le 7 juillet à 17H45 à Alost (Belgique) une hostie a commencé d’elle-même à se colorer d’un ton rouge-sang. Le phénomène se produisit dans l’habitation de l’abbé Éric Jacqmin en présence de plusieurs témoins.

Hostie inaccessible !

L’hostie est enfermée dans un ostensoir en étain qui a la particularité de ne pouvoir s’ouvrir. En effet la partie circulaire centrale en a été hermétiquement soudée à l’arrière tandis qu’à l’avant une vitre est collée au bord du métal. Il est donc impossible d’atteindre l’hostie sans briser l’objet. Toute manipulation non-autorisée de cette hostie est donc exclue, elle est véritablement recelée au centre de l’ostensoir.

L'arrière du support est complètement soudéL’arrière du support est complètement soudé.

Une hostie ancienne mais parfaitement conservée.

 

Cet ostensoir a été donné au Père il y a neuf mois environ (le 7 octobre 2015, Fête de Notre-Dame du Rosaire) par des fidèles qui ne doutaient ni eux, ni le Père, qu’il contenait une véritable hostie.

 

Vue avant du support à travers une vitre collée au métal.

 

Ils pensaient en voir une imitation en papier blanc se détachant sur un fond violet. Ces anciens propriétaires possédaient cet objet depuis 23 ans sans que le moindre changement ne s’y soit produit.

 

L’antiquaire qui le leur avait vendu l’estime âgé de 200 ans. Lui-même l’avait acquit à Nivelles d’un autre antiquaire sur place qui lui l’a acheté de religieuses qui le tenaient d’un couvent de nonnes le possédant à l’origine. Probablement les Conceptionnistes.

 

Bien que cette hostie soit restée dans l’ostensoir, probablement près de 200 ans, elle ne s’est pas dégradée, hormis quelques craquelures.

 

Un docteur médecin spécialiste a déclaré après examination qu’avec une certitude scientifique de 100% on ne peut pas attribuer la couleur à l’action de moisissure ni  de bactéries.

Un concours de circonstances exceptionnel.

 

L’apparition de l’hostie qui saigne se manifeste dans un ensemble de circonstances particulières..

1) Cela se passe un jeudi soir vers 18H (Jésus a consacré la première hostie le soir du Jeudi Saint).

2) C’est le premier jeudi de juillet, mois où nous vénérons le précieux Sang du Christ, le premier jeudi après la Fête du Très Précieux Sang.

3) C’est le jour de l’anniversaire de l’abbé Jacqmin.

4) Cela se passe en présence de témoins qui tous connaissent l’état de l’ostensoir avant l’événement.

5) L’ostensoir vient d’un couvent de Nivelles et date de 200 ans. C’est l’époque du Boerenkrijg, la guerre des paysans, dont Charles Jacqmin (!?) est le premier chef et organisateur.

 

Il a opéré avec ses soldats à Nivelles et s’est réfugie deux fois à Alost. Leur devise était « Pour autel et foyer » (donc pour  l’Église et la famille !).

6) Une statuette de Jésus adolescent attire deux fois l’attention vers l’ostensoir : avant et au début du saignement de l’hostie.

7) La statuette n’est pas une quelconque statue du petit Jésus elle porte un message.

 

À l’occasion de l’anniversaire de l’abbé Éric Jacqmin, un certain nombre de personnes l’ont visité pour assister à la Sainte Messe suivie d’une petite réunion amicale.

 

C’est donc à l’heure du midi qu’on lui offrit plusieurs cadeaux : ayant déballé une statuette du petit Jésus, le Père la plaça aussitôt à côté de l’ostensoir sur une armoire de la salle à manger. Ainsi l’attention de tous fut attirée vers cet ostensoir qui à ce moment n’avait subi aucune transformation : l’hostie craquelée était toute blanche. Plus tard dans l’après midi, certains invités s’étaient approchés de la statuette du petit Jésus pour lire le texte qu’Il présente dans son livre ouvert. Et voilà qu’ils constatent que l’hostie de l’ostensoir, placé juste à côté de la statuette, se colore partiellement d’un ton rouge-sang qui fait disparaître progressivement les craquelures.

 

C’est par deux fois que la petite statue de l’Enfant Jésus conduit les regards vers l’ostensoir.

 

Sur le petit livre ouvert est inscrit en flamand :

« Indien gij Mij bemint, volg Mij »

c.a.d. « Si tu m’aimes, suis-moi »

 

Jésus semble ainsi s’adresser Lui-même à chacun de nous.

 

– – – – – – – – – –

 

L'hostie sanglante en gros planL’hostie sanglante en gros plan.

 

La statuette du petit JésusLa statuette du petit Jésus.

 

 


 

 

 


 

Nos lecteurs les plus anciens connaissent déjà l’abbé Éric Jacqmin, il est intervenu plusieurs fois sur notre premier blogue et notamment lors de la Disputatio : Credo in UNAM Ecclesiam et nous lui avions consacré un article en juillet 2012 alors qu’il était encore à la Fraternité Saint Pie X : « Déclaration de l’abbé Éric Julien Laurent Jacqmin ».

 

Lors d’un échange que nous avons eu, lui et moi, sur ce sujet, il m’a concédé :

 

J’ai été éjecté de la FSSPX pour
— critique des supérieurs
— le site de abbé Champroux scandaleux
— les relations avec Rome apostate
— et pour être sedevacantiste, quoique Mgr Tissier m’a dit en privé que j’avais raison, qu’un pape hérétique n’est pas pape et que tous les papes postconciliaires sont antipapes.

 

Les évêques :

 

— Mgr Stuyver m’a dit qu’« il n a pas plus de pouvoir que moi, concernant le constat de miracles ». Car selon la thèse C. il pense n’avoir pas d’autorité de suppléance en la matière.
Mgr m’a dit aussi :

« l’Église doit en juger »

Je Lui réponds : « Vous êtes de l’Église »
— Mgr : « Oui, non… ». Encore la thèse C…

 

Mgr Sanborn m’a dit : « c’est très intéressant, pas d’explications possibles, laisser analyser par des spécialistes ».

 

Spécialistes :

 

Ce que j’ai fait et là, le résultat est : « 100% scientifiquement certain : pas de la moisissure ni bactérie ». La vision microscopique de 100 x montre du sang coagulé.

 

Objection : cela vient du diable.

 

Réponse : il y a deux choses que le diable ne peut pas faire : c’est augmenter l’amour de Dieu et l’humilité.
C’est exactement cela qui est montré par la statuette : « si tu m’ aime, suit Moi »
— aime : excitation à l’amour
— suivre : c’est obéir et cela est une forme d’humilité (premier degré d’humilité selon St Ignace)

 

Donc à un certain moment ce n’est plus raisonnable de douter.

 

 


 

Qui est évêque dans l’Église ?

 

Chers amis,

 

L’Église ne peut pas arrêter d’exister de par la promesse de NSJC et la nécessité de la Rédemption.

 

Elle est une société donc elle ne peut exister sans autorité, c’est Saint Thomas et toute la philosophie et théologie catholique qui l’enseigne.

 

Si l’autorité officielle est corrompue (la papauté, les cardinaux, la plupart des évêques), la théologie et philosophie nous enseigne que « l’autorité revient de droit naturel à l’inférieur immédiat qui fonctionne bien » ‘(Cardinal Billot « De Ecclesia ») : ce sont les (bons) évêques : les évêques qui sont validement consacrés (sinon ce ne sont pas des évêques tout simplement) et qui ne sont pas hérétiques (l’hérésie tranche de l’Église). On l’appelle « la partie saine de l’Église enseignante ».

 

Avec ces élément ont peut vérifier si un évêque concret (p.e. Mgrs Sanborn, Néville, Morello etc…) correspond à ces critères…

 

Abbé Éric Jacqmin

 

Source SCATURREX (le site de l’abbé Jacqmin) : http://scaturrex.eu/2016/03/21/qui-est-eveque-dans-leglise/