La Barque de Pierre (L'Église)

La Barque de Pierre (L’Église).

 

La Barque de Pierre : L’Église Catholique, est celle qui a été fondée par Notre Seigneur Jésus-Christ

 

Le pape Paul IVUn pape nous a mis en garde contre l’impossibilité de l’accession d’un hérétique au trône de Pierre.

Le pape Paul IV en 1559, craignant qu’un protestant soit élu au trône pontifical, décréta que si la personne élue pape avait dévié de la foi catholique ou était tombée dans une hérésie, son élection devrait être considérée comme nulle, juridiquement invalide, et non avenue. Il décréta en outre que cette personne ne devrait pas être considérée comme pape, même si elle avait pris possession de l’office, avait été intronisée, et avait reçu la vénération et l’obéissance de tous les fidèles. [CONSTITUTION APOSTOLIQUE “CUM EX APOSTOLATUS”]

 

— R A P P E L —

C’est ce que nous rappel aujourd’hui, — 4ème dimanche après la Pentecôte —, M. l’abbé Marchiset :


Un laïc ayant dévié dans la Foi Ne Peut Devenir Souverain Pontife !

François : un Clown Blanc Sans Valeur et Illégitime

 

Pietro Gasparri

Le F∴M∴ Pietro Gasparri

 

La Bulle “CUM EX APOSTOLATUS” du prévoyant Pape Paul IV n’a jamais été abrogée… Le F∴M∴ Pietro Gasparri (1) l’a sournoisement retiré du Corpus (2) avant la publication du Code de Saint Pie X par Benoît XV en 1917…

 

Cette Bulle s’applique à tous les pseudo successeurs de Pie XII qui ont fait une nouvelle “église” qui éclipse la Sainte Église de Dieu depuis le 29 octobre 1963.

 

Pour aller plus loin et mieux comprendre ce problème, le lecteur consultera (étudiera…) les document suivant :

 

*
*     *

 

MISE À JOUR du 5 juillet 2017

 

Un de nos corresponds nous fait remarquer judicieusement :

Sujet : Bulle de Paul IV

Corps du message :
Petite mise au point au sujet du droit canonique.

Les Fontes figurant en note de chacun des canons furent publiées par le cardinal Gasparri, lequel s’était réservé les droits d’auteurs de chacun des ouvrages. Néanmoins, ce sont les notes officielles du droit canon actuel. L’autorité juridique du droit canon ne s’étend pas à ces Fontes. Bien sûr, cela ne signifie pas l’abrogation des lois contenues dans les documents auxquels les Fontes nous renvoient. Ce qui est certain, c’est que les Fontes dévoilent l’endroit où la substance de chacun des canons est tirée. Ainsi, sachant que chacun des § de la Bulle de Paul IV se retrouve quelque part dans les Fontes officielles du droit canon, c’est que forcément quelque chose de ces lois y fut repris. Cela ne veut pas dire que tout ce qui se retrouve mot à mot dans les Fontes est effectivement repris dans le Code. Prenons par exemple une phrase de la § 3 de la Bulle figurant dans les Fontes du canon 188 : « … ils seront livrés à la décision du pouvoir séculier pour subir leur juste punition », il est clair que cette prescription est abrogée puisque le Code n’en fait aucune mention. Cette abrogation ne signifie nullement que les prescriptions de la Bulle sont entièrement abrogées !!! Le Code a gardé l’essentiel de la Bulle, en ce sens que la perte d’office ipso facto sans sentence déclaratoire mentionnée dans les § 3 et 6 incorporées aux Fontes du canon 188 subsiste dans ce même canon. À la limite, nous pourrions dire que l’autorité légale de cette prescriptions subsiste dorénavant dans le Code et non plus dans la Bulle proprement dite. Voilà pourquoi certains petits malins ont affirmés que la Bulle fut abrogée en laissant croire que dorénavant le clerc publiquement hérétique ne perdait pas son office ipso facto. La perte d’office ipso facto de n’importe quel clerc (y compris le Pontife Romain) publiquement hérétique est de droit divin, ce qui n’est pas le cas du clerc occultement hérétique. Ainsi, la Bulle de Paul IV reprenait une disposition de la loi divine, et cette disposition fut incorporée dans le droit canon, quoiqu’elle subsiste indépendamment de celui-ci et ne peut être abrogée. C’est la raison pour laquelle cette prescription ne figure pas au rang des peines du droit canon (Livre V, des Peines), car elle est assimilée à la renonciation tacite, le clerc se met lui-même hors de l’Église et est déjà condamné. C’est d’ailleurs pour cette raison que leur perte d’office se produit ipso facto et non après monition (tel les cas d’hérésie occulte) ou déclaration, lesquelles relèvent de l’autorité purement ecclésiastique … parce qu’une prescription de droit purement ecclésiastique, telle que la monition ou la déclaration, ne saurait empêcher l’accomplissement d’une loi divine au quelle on a déjà enfreint. Voilà d’ailleurs pourquoi les canonistes affirment que l’excommunication prévue au canon 2314 tombe avant toute monition. Voilà aussi pourquoi le Siège Apostolique avait précisé, au moyen d’une réponse de la Comm. de l’Interprétation du Code, que le religieux publiquement apostat de la Foi catholique (can. 646) doit être considéré légitimement renvoyé avant toute déclaration de fait.

 

Livre « Mystère d’Iniquité » :

http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/LIVRE_MYSTERE_INIQUITE.pdf

en ligne : http://www.virgo-maria.org/mystere-iniquite/documents/chapters/documents_published/table_glob.htm

 

(Partie IV – pages 101 à 139 du PDF… et ICI en ligne)

 


 

Le Franc-Maçon Cardinal Mariano  Rampolla – Haut Initié Luciférien de l’O. T. O. , Secrétaire d’État de Léon XIII

Publication du 9 octobre 2006

Mariano Rampolla del TindaroIl y a plus de 100 ans, la subversion au plus haut niveau de l’Église par un clerc, évêque et Cardinal. Ce texte paru récemment dans Sous la bannière , sous la plume de Félix Causa, est capital. Il présente nombre de faits qui démontrent que déjà sous Léon XIII, un prélat franc-maçon, un Prince de l’Église, membre d’une société secrète luciférienne (OTO) gouvernait l’Église sous l’autorité du Pape. C’est lui qui fut, derrière le trône pontifical, le véritable instigateur du ralliement des catholiques français à la République maçonnique.

 

 

  1. Ouvrir le message
  2. Télécharger le message en PDF

 

 

Sede Vacante - C.S.I. Toujours.

 

 

 

 

 


 

[1] L’abominable cardinal Gasparri (F∴M∴), poulain du luciférien cardinal Rampolla, protecteur de l’abbé Portal, apparaît ici comme l’ennemi de Saint Pie X.

Il faut savoir que depuis Pie IX pratiquement tous les Secrétaires d’État sont affiliés à la Loge en vertu d’une exigence de la Contre-Église.

 

[2] Corpus juris canonici

Le Corpus juris canonici ou Corpus iuris canonici (littéralement Corpus de droit canonique) est un ensemble de textes qui constituait le droit canonique en vigueur entre 1582 et 1917.